Vacance en Inde

 

Akbar n’avait que quatroze ans lorsque la nouvelle de la mort de son pere lui parvint. Il avait la chance d’avoir Biram Khan comme mentor. Pendant deux semaines, tant que la sécurité d’Akbar n’était pas assurée, la nouvelle de la mort d’Humayun ne fut pas rendue publique et un sosie de l’empereur apparaissait tous les jours au Jharokah – une tradition moghole.

 

 

De courte taille et trapu, Akbar grandit en toute sécurité mais sans éducatin formelle. À l’opposée de son père et de son grand-père, il ne sut jamais ni lire ni écrire, mais son analphabétisme ne fut pas un obstacle à sa quête de la connaissance. Tous les soirs avant d’aller se coucher, on lui faisait la lecture. Il avait une grande soif de connaissance et il fit traduire les textes religieux indiens en persan et les textes islamiques en sanskrit.

 

 

Circuit inde
Plus de quarante mille livres furent ainsi traduit – les Moghols avaient la passion des manuscrits. Une autre de ses passions était la musique et le legendaire Tansen etait un des joyaux de sa Cour. On raconte que lorsque Tansen chantait dans l’Anup Talo, a Fatehpur Sikri, les petites lampes a huile qui avaient été mise à flotter sur le plan d’eau s’allumaient comme par enchantement.

Akbar aimait aussi la chasse. Des cheetah apprivoisées l’accompagnaient durant ses expéditinos et il se rendit célebre en tuant a terre une tigresse blessée et en maitrisant un éléphant mast, intorxiqué, qui venait de tuer son mahut. Il avait aussi la passion du polo qu’il aimait jouer la nuit avec une balle enflammée.

 

Vacance inde

La passion d’Akbar pour les femmes était renommée, outre ses quatre femmes en titre, il possédait un harem de plus de cinq cent concubines, Et il ne lui manquait qu’une chose pour être comblé : un fils pour lui succéder sur le trône. Ses filles avaient survécues, mais les garçons étaient tous mort peu après leur naissance. Décu par le destin, Akbar alla implorer la bénédiction du soufi Salim Chisti. Le saint home prophétisa que l’empereur aurait trois fils et, au cours de l’année suivante, en 1569, Jodha Bai donna naissance à son premier garcon qui fut nommé Salim en hommage su saint. Celui-ci deviendra plus tard l’empereur Jahangir.
Akbar, qui avait fait deux ajouts au fort d’Agra. Décida alors de construire une nouvelle capitale qu’il appela Fathepur Sirki. Les travaux commencerent en 1571 et de magnifiques palais, des jardins et ds fontaines furent édifiés. Akbar était tellement enthousaiaste qu’il mettait parfois la mains a la pâte en tranportant des pierres avec ses ouvrier. Lorsque les constructions furent terminées, Akbar s’installa dans sa

 nouvelle capitalqui prospéra pendant treize ans. Mais la ville fut abandonnée par la suite par pénurie d’eau. Aujourd’hui, il ne reste plus grand chose de la ville, mais les palais sont toujours là, grandisose témoignage du goût architectural d’Akbar.

Fort rouge Agra
Akbar avait beau être analphabete, il avait un penchant mystique. Au grand des musulmans orthodoxes de son époque, il créa l’Imbat Khanna, un lieu où les repreesentants des differentes confessions religieuses pouvaient exposer leur foi et leures philosophies. Des frères jésuites, des docteurs juifs et des maitres hindous y furent notamment invités. Akbar fut le premier souverain musulman a faire preuve de tolérance envers les autres religions. Il révoqua la jiaza, la taxe sur les nom-musulmans. Il proclama même une nouvelle religions nommée din-i-Ilahi basée sur une synthese des croyances.

De tous les philosophes qui vinrent à Fathepur Sikri, ce sont les jésuites qui susciterent le grand intérêt d’Akbar. Sous la direction du prêtre catalan Antonio Montserrat, ils ont du présenter en 1580 un effet inaccoutumé a la Cour moghole. Akbar portait ensuite ostensiblement la belle croix en lapis-lazuli qui lui avaient offert les jésuites et nomma Padre Montserrat tuteur auprès du prence Salim.

Sikandra inde
La cour d’Akbar était auréolée de neuf joyaux humains de différents disciplines dont Birbal, Todarmal, Bhagwan dass et Abul Faizal. Lorsque Akbar atteindra cinquate-huit ans, et il sera encore en excellente forme, il aura survécu a son fils Murad.
De ses autres fils, Dayal, était un alcoolique et Salim avait peur que l’empereur ne lui survécusse aussi. Il se révolta contre son père et élimina son fidèle conseiller Abul Fazal. Akbar était alors très monté contre lui et il fallut toute la diplomatic d’Hamida Bano Bégum pour que son fils et son petit-fils fassent la paix. Mais Hamida Bano Bégum décéda en 1604. Cela mina le moral d’Akbar et en 1605, le 25 Octobre , le plus grand des empereurs moghols s’éteignit. Sikandra, près d’Agra fut sa dernère demeure et un magnifique mausolée y fut edifie a sa memoire. Plus tard, les Jata pilleront les richesses du tombeau, mais c’est toujours un site très plaisant avec des antilopes noires et de nombreux singes dans les jardins.